Vivre vite

Philippe Besson

Julliard

  • par (Libraire)
    29 mars 2015

    Etoile filante du cinéma américain, James Dean, a laissé une empreinte indélébile au panthéon des grands acteurs. Doté d'un magnétisme inestimable, James Dean est avant tout un garçon insatiable, mi-ange, mi-démon, qui derrière une nonchalance affichée cache une profonde blessure. Dans un roman choral, dynamique, découpé en micro chapitres, Philippe Besson nous donne à découvrir un James Dean intime. A travers les voix de ses proches, des ses amants, de ses maitresses, et de ses réalisateurs, James Dean se dévoile avec tendresse. Un livre touchant, sensible, qui nous révèle un homme complexe et émouvant.


  • 10 mars 2015

    Resonnances...

    Biographie romancée, à plusieurs voix, d'un homme mélancolique et brisé, notamment par le chagrin.
    Philippe besson consacre ici une vision tendre en forme d'hommage à cet acteur tourmenté et fantasque qu'il n'a pas voulu "abîmer" ni entacher, presque "stériliser", mais, en revanche, éclatant incroyablement de vie !


  • par (Libraire)
    19 février 2015

    Vivre vite

    La découverte réelle d'un artiste qu'on pensait connaître. Mieux qu'une biographie le roman nous fait rencontrer intimement un personnage ambivalent et plein de vie.
    A lire!
    Daïdrée.A


  • par (Libraire)
    18 février 2015

    Fureur de vivre

    J'avais vu ses films mais je ne savais rien de lui... ou presque rien. Cette biographie romancée de James Dean m'a donné envie de les (re)voir tous !

    Très agréable à lire, une plongée dans l'Amérique des années 50 qui devrait vous tenir en haleine jusqu'à la dernière page.


  • par (Libraire)
    22 janvier 2015

    La légende de Jimmy

    Vite ! Entrer sur la scène de la vie et vivre vite.
    La vitesse comme obsession.
    Brûler les étapes comme challenge.
    Partir prématurément comme prémonition.
    Alors, foncer, explorer, oser avec le talent, l'aplomb et le charisme comme bagages.
    Il s'appelle James Dean, sa carrière fut courte mais explosive.
    Sous forme de témoignages, Philippe Besson retrace sa vie avec beaucoup d'émotion et de sensibilité.
    Sa famille, ses rencontres affectives et professionnelles prennent la parole pour le rendre plus vrai que nature.
    C'est un portrait touchant et très vite, l'acteur est là, bien vivant, au point de nous laisser une empreinte charnelle.
    Philippe Besson est très inspiré dans cette peinture du personnage où la fluidité des mots rejoint le relief des situations.
    Il sait, lui aussi avec beaucoup de talent, nous montrer la brièveté d'une vie brillante comme l'éclair, entrée dans la légende avec fracas sans jamais voir le mot "Fin"sur l'écran.


  • 14 janvier 2015

    Vivre vite

    Comment réussir à réveiller notre intérêt pour James Dean, icône morte il y aura soixante ans cette année ? Déjà! Par quelle magie Philippe Besson parvient-il à nous faire partager sa fascination pour cet acteur dont on croit tout savoir ? Par une construction inattendue, tout d'abord. Des chapitres resserrés qui donnent la parole à une trentaine de voix, celles de proches ou moins proches ayant côtoyé Jimmy. Voix qui établissent, en creux, un portrait exceptionnel de fragilité de ce jeune homme mort à vingt-quatre ans. Réels, authentiques, fantasmés... ils sont presque tous là pour raconter leur fils, neveu, élève, amant, acteur... Voix de la mère, qui va mourir sans voir grandir son fils, celles de l'oncle et de la tante, qui prendront la relève pour élever le gamin pendant que le père tente de se remettre de son deuil. Mais aussi voix de la prof de lycée totalement subjuguée, ou de la starlette d'Hollywood qui tombe amoureuse. Ils sont nombreux à évoquer un souvenir ou deux du jeune Jimmy. Gageons même que vous vous amuserez à en vérifier certains, à l'image de celui évoqué par Elia Kazan qui le dirigea dans à « A l’Est d'Eden ». Mais que tout soit artifice, ou réinterprétation, vous serez bluffé par la fantaisie de Philippe Besson autant qu'emporté par ce tourbillon virevoltant qu'était James Dean.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u


  • par (Libraire)
    7 janvier 2015

    Philippe Besson réinvente la courte vie de James Dean (1931 - 1955). Roman choral pour évoquer cet homme à la beauté "crépusculaire" qui séduira chacun des deux sexes, et mettre à jour toutes ses passions, le cinéma, la danse, le sport, la vitesse et les bolides...
    Christine