Partie italienne

Antoine Choplin

Buchet-Chastel

  • par (Libraire)
    29 septembre 2022

    Coup de coeur d'un lecteur

    Gaspar, un artiste reconnu, part à Rome pour faire une pause. Dans cette ville où il est inconnu, il assouvit sa passion des échecs.
    Lors d’une partie, il rencontre une femme qui joue très bien aux échecs et qui le bat. Elle cache un passé douloureux. Gaspar va l'aider dans la quête d’un objet ayant appartenu à son père et tomber amoureuse de Marya.


  • par (Libraire)
    26 septembre 2022

    A Rome

    S'asseoir en terrasse au cœur du Campo dei Fiori, face à un jeu d'échecs, et attendre l'adversaire de hasard ; se laisser séduire par Marya et cheminer amoureusement dans le temps et l'espace à la découverte de son histoire singulière… Voilà ce que Gaspar, artiste parisien reconnu et motivé, va vivre durant son escapade à Rome.
    Ce nouveau roman d'Antoine Choplin, dont on retrouve la délicatesse de l'écriture, est une belle et douce invitation à poursuivre l'errance estivale. Un roman à progression, plan de Rome en main ! Valérie


  • par (Libraire)
    16 septembre 2022

    Une prose poétique

    Il est une photo célèbre: elle représente Marcel Duchamp jouant aux échecs avec une femme nue comme adversaire. Cette photo, d’ailleurs évoquée dans le roman, ressemble à une métaphore du texte de Antoine Choplin. De jeu d’échec il en est beaucoup question au cours de ce texte bref et délicat. De désir aussi. D’amour beaucoup. Et d’Italie enfin, de Rome plus précisément. Cela tombe bien : « une partie italienne » c’est justement une ouverture classique de jeu d’échec.

    Antoine Choplin crée de la poésie avec de la prose. Comme le déplacement d’une pièce sur l’échiquier, il place ses mots juste au dessus du plateau, juste au dessus de la vie et sans grands gestes, silencieusement, il nous fait avancer dans l’histoire et atteindre des sentiments forts: la mémoire, le souvenir, la fidélité, le désir, l’amour, la tendresse. On chemine avec le couple dans les rues de Rome, on frémit sous leurs caresses silencieuses qui deviennent parfois désir brutal. Le texte joue ainsi par séquences, par ruptures, avec nous, surpris de cette succession d’images qui s’empilent les unes sur les autres.

    Chronique complète :

    Il est une photo célèbre: elle représente Marcel Duchamp jouant aux échecs avec une femme nue comme adversaire. Cette photo, d’ailleurs évoquée dans le roman, ressemble à une métaphore du texte de Antoine Choplin. De jeu d’échec il en est beaucoup question au cours de ce texte bref et délicat. De désir aussi. D’amour beaucoup. Et d’Italie enfin, de Rome plus précisément. Cela tombe bien: « une partie italienne » c’est justement une ouverture classique de jeu d’échec.

    On est au début du printemps place Campo de’Fiori. Un homme, Gaspar, artiste parisien plasticien reconnu est assis à une table de café. Des joueurs inconnus s’installent en face de lui et perdent. Gaspar ne rêve que de profiter de la saison naissante. Un jour, une silhouette féminine s’assied, elle s’appelle Marya, elle vient de Hongrie. Et elle gagne près de la statue de Giordano Bruno, un frère dominicain, scientifique et brûlé pour ses théories minoritaires, moine symbole de la liberté de pensée et de la supériorité de la raison sur la croyance.

    Gaspar et Marya vont se revoir, jouer de nouveau, errer dans Rome, s’aimer et regarder de leur chambre un couple danser le tango, rendre visite à un vieux prêtre aveugle. On ne résume pas un roman de Antoine Choplin qui passe avec une finesse rarement connue de thème en thème mais laisse au lecteur un goût doux et tendre de bonheur de vivre.

    Quand interviennent des références à l’histoire, à la seconde guerre mondiale et à la Shoah, notamment lorsque Marya dévoile à Gaspar la raison principale de sa présence dans la capitale italienne, on pense au texte Le Joueur d’Echecs de Stefan Zweig, qui dénonce le nazisme triomphant lors d’une partie jouée au cours d’une croisière.

    Antoine Choplin crée de la poésie avec de la prose. Comme le déplacement d’une pièce sur l’échiquier, il place ses mots juste au dessus du plateau, juste au dessus de la vie et sans grands gestes, silencieusement, il nous fait avancer dans l’histoire et atteindre des sentiments forts: la mémoire, le souvenir, la fidélité, le désir, l’amour, la tendresse. On chemine avec le couple dans les rues de Rome, on frémit sous leurs caresses silencieuses qui deviennent parfois désir brutal. Le texte joue ainsi par séquences, par ruptures, avec nous, surpris de cette succession d’images qui s’empilent les unes sur les autres.

    Le lecteur assidu de Choplin retrouvera là son goût des échecs, présents avec la musique et l’art dans chacun de ses ouvrages et sera interpellé par des références scientifiques rappelant la formation d’origine de l’auteur, mais une nouvelle fois il sera surpris par le non-dit, le silence qui laissera à chacun le loisir par exemple de mettre ses propres phrases sur les sentiments de Gaspar à l’égard de Marya. L’espace autour des mots de Choplin est large et presque infini, les situations sont décrites avec précisions, jamais les sentiments. L’écrivain joue avec nous, il nous tend des pistes, nous propose des mouvements, nous place sur la défensive, nous invite à réfléchir sur des mots qu’il tait, il nous laisse rêveur au bord de la table et nous offre une seule solution: lui tendre la main non pour admettre notre défaite mais pour admirer son talent.


  • par (Libraire)
    9 septembre 2022

    Une histoire d'amour qui commence par une partie d'échec.
    Une partie d'échec pour l' Histoire et la mémoire.
    Une belle histoire, comme une hypothèse.


  • par (Libraire)
    2 septembre 2022

    Une partie d'échecs en terrasse

    Antoine Choplin est un maître dans l’art de l’évocation, avec sa prose à l’apparente simplicité, il nous emmène à chaque livre dans un questionnement poétique autour de la mémoire. Ses personnages sont toujours criants de sincérité, marqués par les affres de l’Histoire. Dans "Partie italienne", nous rencontrons Gaspar, un artiste réputé dont le travail, original et pluridisciplinaire, attire les regards. Alors qu’il séjourne quelque temps à Rome, il s’installe chaque jour à la terrasse d’un café, devant un jeu d’échecs, attendant qu’un passant s’installe pour jouer avec lui. Ils sont peu nombreux à pouvoir rivaliser avec lui… jusqu’à ce qu’une femme, Marya, prenne place devant lui. Elle mène ses parties de main de maître, rivalisant de connaissances et d’inventivité sur l’échiquier. Mais qui est-elle ? Quel est son lien avec ce jeu, qu’elle a appris enfant avec son père ?
    Le temps de ce bref séjour "romanesque", Gaspar et Marya se trouvent liés par leur histoire, en quête d’une mémoire que l’on a voulu corrompre ! Un roman lumineux et puissant !


  • par (Libraire)
    31 août 2022

    Gaspar, un artiste parisien reconnu, s’échappe de Paris et de ses préoccupations quotidiennes pour rejoindre Rome, seul et sans but véritable sinon de marquer une pause dans sa vie. Là bas, il occupe ses journées à jouer aux échecs avec des inconnus à la terrasse d’un café. Un seul de ses adversaires de fortune va le mettre en échec : Marya, une mystérieuse hongroise, elle aussi de passage dans la capitale italienne. Tout en nourrissant un dialogue espiègle, ces deux-là partent à la recherche de la retranscription d’une partie d’échecs : celle que le grand-père de Marya avait disputée avec un dirigeant nazi pour espérer sauver sa peau.
    Ce court roman prend la forme d’une déambulation poétique, une promenade romantique qui se déploie à la fois dans les rues romaines et sur un plateau d’échecs.
    Servi par une écriture élégante, ce texte, sensible et habilement ciselé, s’apprécie comme une véritable gourmandise littéraire !


  • par (Libraire)
    30 août 2022

    Retour à Rome

    Voyage à Rome, plaisir des sens avec cette histoire savoureuse à déguster sans modération.

    Isabelle


  • par (Libraire)
    29 août 2022

    Déambulation au cœur de Rome

    Ce roman imprime sur la rétine du lecteur des images d'une Rome aimée ou fantasmée. Gaspar et Marya se rencontrent autour d'un échiquier sur cette place mythique de Rome, le Campo De ' Fiori.
    Lui, artiste reconnu a fuit Paris pour gouter à la douceur romaine. Elle, femme mystérieuse est à la recherche de son histoire familiale. Entre eux , va naitre une histoire d'amour douce et voluptueuse.
    Antoine Choplin rend un hommage subtil et sans prétention au roman de Stefan Zweig . C'est un exercice périlleux mais il le réussit avec brio.
    Une belle découverte dans cette nouvelle rentrée littéraire.


  • par (Libraire)
    24 août 2022

    Conseillé par Guillaume

    Antoine Choplin continue d'explorer l'histoire avec une majuscule au travers de parcours de fourmis, de petites gens, de personnages souvent malmenés, maltraités et réduits à de simples jouets historiques.

    Ici, c'est par le biais d'une rencontre autour d'un échiquier que le personnage central du roman nous réunit pour découvrir sa vie. Il est le grand absent mais il est le pivot de ce qui se passe.

    D'une écriture sans artifice , ce roman ponctué de moments et tournures inattendues profite de la langueur de vacances italiennes pour jouer sur la mémoire et nous entrainer dans les troubles tourbillons historiques.


  • par (Libraire)
    23 août 2022

    Un petit voyage à Rome ?

    Gaspar, artiste contemporain reconnu sent le besoin de faire une pause. Quoi de mieux que partir à Rome et passer ses journées à jouer aux échecs ? Les jours et les victoires se succèdent jusqu’à ce qu’une femme mystérieuse, Maria, s’installe à sa table.

    Avec une écriture simple mais très visuelle Antoine Choplin nous fait vivre une romance sur un léger fond d’investigation alimenté par un passé où certaines pièces sont manquantes. Le tout, sous un soleil italien.

    Un court roman très agréable à lire !


  • par (Libraire)
    22 août 2022

    Gaspard, plasticien mondialement connu, se retire à Rome. Il s’installe à la terrasse d’un café Campo de Fiori face à un jeu d’échecs et joue des journées entières face à des inconnus jusqu’au jour où Marya jeune femme hongroise le bat, s’installe alors un jeu de séduction. Que vous jouiez ou non aux échecs, laissez-vous porter par cette jolie partie italienne, une bouffée d’air pur !
    Valérie


  • 21 août 2022

    Un homme, une femme et des vacances romaines. Un rencontre impromptue et, entre eux, un plateau sur lequel plane l'ombre tutélaire de Zweig. Et sous le plateau, d'autres joueurs et d'autres vies, strates archéologiques de l'Histoire dans ce qu'elle a de plus sombre. Sensible et poétique, la Partie italienne peut débuter...


  • par (Libraire)
    18 août 2022

    Si l'ouverture de cette "Partie italienne" se fait sur une terrasse de café au Campo de'Fiori à Rome, la suite nous transporte à travers l'Europe et son Histoire contemporaine, non sans l'amorce d'une histoire d'amour...
    Cela paraît tout un programme pour un si petit livre, mais c'est sans compter sur la simplicité et la beauté de l'écriture d'Antoine Choplin, qui joue cette partie d'échecs comme une promenade poétique et grisante !

    À dévorer avec un verre de Campari !